Menu
03 20 28 00 66

Sur RDV
Du lundi au vendredi : de 9h à 19h
Le samedi de 9h à 12h

Rappel Gratuit

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Droit du travail > Projet de loi d'habilitation : "une marge d'appréciation exorbitante" laissée au gouvernement

Projet de loi d'habilitation : "une marge d'appréciation exorbitante" laissée au gouvernement

Le 08 août 2017
Projet de loi d'habilitation :
blanc seing au gouvernement pour modifier les droits fondamentaux des travailleurs sans contrôle et sans limite... C'est comme si un médecin laissait le laboratoire choisir le traitement !

Le Parlement n'a pas pu "cerner l'étendue de la délégation" à laquelle il a consenti au profit du gouvernement. C'est ce que dénoncent trois groupes de députés de l'opposition, qui déposeront mercredi un recours devant le Conseil constitutionnel. L'objectif : voir le projet de loi d'habilitation supprimé. Détail du contenu de ce recours.

"Peu clair", "pas suffisamment défini", "flou", "imprécision"... Le projet de loi d'habilitation à légiférer par ordonnances semble particulièrement nébuleux aux yeux de certains députés. Les groupes parlementaires Nouvelle Gauche, La France Insoumise et Gauche Démocrate et Républicaine ainsi que des députés sans étiquette déposeront mercredi un recours contre ce projet de loi devant le Conseil constitutionnel, comme annoncé en fin de semaine dernière. Dans leur collimateur, le manque de clarté et de sincérité du débat parlementaire (voir encadré). Mais sur le fond également, le texte pèche par manque de clarté. Les dispositions imprécises du projet de loi donneraient une trop grande marge de manoeuvre aux gouvernement pour légiférer par ordonnances sur certains sujets. Le texte du recours dresse ainsi une liste des "exemples manifestes de méconnaissance de l'exigence constitutionnelle de clarté prévue par l'article 38 de la Constitution".

En déposant ce recours, les députés voudraient voir supprimer intégralement le projet de loi adopté au mépris de l'exigence de clarté et de sincérité du débat parlementaire. Ou, au minimum, faire annuler certaines de ses dispositions qu'ils estiment particulièrement dangereuses.

Une négociation collective qui exclut les syndicats

La rédaction du projet de loi permet la consultation des salariés pour valider un accord ; soit à l'initiative d'un syndicat représentatif, soit de l'employeur, soit des deux conjointement. Le gouvernement pourrait ainsi prévoir que l'employeur pourra, seul, décider de consulter ses salariés directement plutôt qu'en passant par leurs représentants. Les syndicats, souligne le recours, pourraient ainsi être exclus du processus de négociation collective.

Les mesures d'habilitation traitant de la fusion des instances prennent le même chemin. Elles permettront à l'instance unique de négocier, si elle y est autorisée par un accord collectif de groupe, d'entreprise ou d'établissement. Une atteinte de plus à la place prédominante des syndicats dans la négociation collective, selon les auteurs du recours. Le projet de loi permet en outre au gouvernement de prévoir - sans aucune limite - les exceptions à un principe selon lequel le nombre de mandats des représentants du personnel serait limité à trois.

Un régime de licenciement qui évince le juge

Un effet incitatif pour la délocalisation d'emplois hors de France

La définition d'une telle règle est susceptible de porter une grave atteinte au droit à l'emploi en ce qu'elle est susceptible d'avoir un effet incitatif pour la délocalisation d'emplois hors de France par des entreprises privées", souligne le recours. Ce dernier rappelle au Conseil constitutionnel sa décision du 26 novembre 2010, qui faisait de la lutte contre l'évasion fiscale un objectif constitutionnel. Une "logique comparable" voudrait qu'un tel statut soit applicable au développement de l'emploi sur le territoire national, expliquent les députés.

Pénibilité, accords d'entreprise : d'imprécises simplifications

Le recours poursuit l'inventaire des approximations du projet de loi, en s'attaquant à la future réforme du compte pénibilité. Grâce à l'habilitation, le gouvernement pourrait "modifier, à des fins de simplification, de sécurisation juridique et de prévention" les règles de prise en compte de la pénibilité au travail. Des objectifs "flous" qui donnent corps à une "habilitation excessivement étendue", déplore le recours.

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Droit du travail